"The best" des publications scientifiques

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 15 décembre 2015

Journées européennes du patrimoine 2015

Lors des Journées Européennes du Patrimoine 2015, le 20 septembre dernier, l'association Arts Mathematica m'a invité à faire une conférence plénière et grand public au Chateau d'Asnières-sur-seine (92) sur l'utilisation du numérique pour la conservation et la valorisation du patrimoine du XXème siècle. Arts Mathematica est une association qui a pour objectif de repousser les limites de la science dans l'utilisation des outils du numérique. L'impression 3D leur est bien connue depuis très longtemps. C'était d'ailleurs l'artiste Chritian Lavigne qui a réalisé la scultpure en prototypage rapide qui me fut remise en 2009 pour le 1er prix du "Reverse-engineering" lors des Assises Européennes du prototypage rapide.

Ci-dessous la vidéo de mon intervention (46min) : Tour d'horizon des applications et technologies actuelles au service des Digital Humanities. Plus d'infos et autres vidéos des intervenants (dont le débat final) sur cette page.

 


JEP2015 - ARS MATHEMATICA - Dr. F... par intersculpt

lundi 21 septembre 2015

Un livre sur Nantes1900

Suite au nouveau dispositif mis en place dans la salle 21 au Musée d'histoire de la ville de Nantes, Château des Ducs de Bretagne, nous avons co-écrit un ouvrage pour expliquer :

  • l'objet muséographique
  • le projet scientifique


Téléchargeable gratuitement ici : http://boutique.chateaunantes.fr/produit/nantes-1900-la-maquette-du-port

ISBN 978-2-906 519-49-7

nantes_1900-1.jpg

jeudi 30 janvier 2014

TeleNantes - les ingénieurs et Jules Verne

Interview sur le plateau de TéléNantes. Emission "18h à Savoir".

Il a été le chroniqueur talentueux de la révolution industrielle... Qu'aurait dit Jules Verne de la révolution numérique et génétique en cours ? Les ingénieurs ont-ils des limites éthiques ?



18h à savoir : Jules Verne et les limites du... par TELENANTES

Lire la suite...

vendredi 4 février 2011

Conf à Belfort le 10/02 - entre Art et Science

Entre Art et Science...

Vous êtes convié à la conférence que je vais partager avec un artiste local : Claude Haegel. Entre l'Homme, les objets techniques et notre environnement il n'y a qu'un pas car le triptyque se défend aussi bien en Science qu'en Art. Comme quoi le patrimoine industriel c'est dans tous les domaines... Et même, tout est Patrimoine.

Pour tous ceux qui seront sur Belfort le jeudi 10 février à 18h30, au lieu "l'Usine à Belfort".

mardi 18 janvier 2011

Techniques de l'Ingénieur - numérisation 3D

La numérisation 3D et le prototypage rapide sont, de nos jours, largement utilisés tout au long du cycle de vie du produit, par de nombreux et différents acteurs. Le domaine de la conception/fabrication de produits mécaniques n’est plus le seul cœur de métier utilisant ces principes. Autrement appelé mesure, tous ont commencés avec le décamètre, le pied à coulisse, le palmer. Désormais, la mesure d’objets en 2D et a fortiori en 3D est devenue un outil indispensable dans de multiples domaines connexes : biens de consommation courante, automobile, aéronautique, électronique, médical, luxe, architecture, militaire…
... et le patrimoine.
Enfin une Technique de l'Ingénieur sur notre sujet favori. Une nouvelle base qui met à jour tout les concepts connus sur la numérisation 3D où nous avons introduit la notion de contexte. Un environnement que les entreprises industriels développent de plus en plus. La recherche aussi...

TI AG 3404 en collaboration avec Sébastien Remy (MCF Université de Technologie de Troyes) et Alain Bernard (Pr Ecole Centrale de Nantes).



jeudi 3 juin 2010

Prix des thèses de Nantes Métropole 2010



Le 28 mai dernier j'ai été invité au Conseil Général pour la remise du prix des thèses de la communauté d'agglomération de Nantes Métropole.
Après le prix des thèses du Journal Le Monde, voici encore une nouvelle valorisation de mes travaux de recherche.

A lire ici :
- sur le site de Nantes Metropole
- sur le site de l'Ecole Centrale de Nantes

samedi 1 mai 2010

L'heure centralienne sur Eur@dio

Le concept : "Élèves-ingénieurs, étudiants en master, doctorants, enseignants-chercheurs viennent parler de leurs expériences et d'un tas de trucs incroyables : matériaux composites, hydrodynamique, robotique, mécanique numérique... Et le plus dingue, c'est que c'est absolument passionnant !" 1h d'interview radio en anglais. Pour la 4ème émission, j'y étais :)

A lire ici.

A écouter ici.

mardi 2 mars 2010

Les nouvelles technologies s'invitent au vignoble : conférence.....

Jean-Louis Kerouanton, mon collègue de l'Université de Nantes qui est lui, plus historien, donnera un conférence dans un vignoble... Quelle bonne idée ! Comment utiliser l'Archéologie Industrielle Avancée ou allier nouvelles technologies des sciences pour l'ingénieur pour sauver notre patrimoine viticole français. Est-ce possible ?

ET SI L'ORDINATEUR DÉCRYPTAIT LE LIVEAU ?
Date : mercredi 3 mars 2010 à 20h30
Lieu : salle du Cep - Gorges
Tarif : gratuit

Venez nombreux....

Plus d'infos ici : http://www.vignoble-nantais.eu/module-Contenus-viewpub-tid-2-pid-121.html

mardi 28 avril 2009

Creaform3D - Histoire d'une réussite

Dans le cadre des projets d'Archéologie Industrielle Avancée, nous sommes amenés à collaborer avec la société qui fabrique le scanner 3D Handyscan : Creaform.
Histoire d'une réussite pour la sauvegarde d'un patrimoine industriel du 19ème siècle. A lire ici.

mercredi 8 avril 2009

Revue l'Hippocampe

Comme toute école d'ingénieur, l'Ecole Centrale de Nantes possède une association de diplômés.
Pour sa revue, L'Hippocampe, son rédacteur en chef, Bernard Ghillebaert, centralien, m'a proposé d'écrire un article sur mes travaux de recherche afin de montrer l'intérêt de l'Archéologie Industrielle Avancée pour la formation des ingénieurs. Comme cas d'étude, j'ai pris les travaux menés depuis plus de 4 ans avec la société DCNS Propulsion basée à Indret.
A télécharger ici.

"Une belle démonstration comme quoi les études universitaires, les industriels et notre patrimoine technique peuvent faire bon ménage..."


jeudi 15 janvier 2009

Journal de Centrale de Nantes Janvier 2009 !

Ce prix des thèses du Journal Le Monde ! C'est un peu comme l'effet boule de neige. Voici un encart dans le journal interne de l'Ecole Centrale de Nantes. A voir en page 4 ici.

vendredi 21 novembre 2008

Remise des diplômes de Centrale Nantes

Et hop... un petit discours lors de ma Remise des Diplômes de Doctorat dans la grande salle de la Cité des Congrès de Nantes.
Bon d'accord le diplôme de Docteur on ne le reçoit que quelques années plus tard car il faut douze milles signatures dessus mais bon...
En attendant, 2000 personnes comme auditoire c'est sacrement impressionnant. En attendant la vidéo, voici mon petit laïus.



Chers ingénieurs, chers parents, chers docteurs et chers collègues,

Depuis peu, l’Ecole Centrale de Nantes a souhaité remettre les diplômes de Docteur en même temps que ceux des ingénieurs. On pourrait s’interroger sur le pourquoi ?
La raison en est simple – élèves-ingénieurs et doctorants - nous sommes dans le même bateau…

Vous passiez devant tous les jours ! Que ce soit la piscine à vague ! Ou encore ce grand bâtiment ovale, faisant office de proue de bateau et diffusant son chant par grands vents ! Le bassin des Carènes pour le LMF et le bâtiment S pour l’IRCCyN, il s’agit là de 2 des 4 laboratoires que compte le site de l’Ecole Centrale de Nantes :
• le LMF, le Laboratoire de Mécanique des Fluides
• le GeM, l’Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique
• le Laboratoire de Mathématiques Jean Leray
• et enfin l’IRCCyN auquel j’appartiens, l’Institut de Recherche en Communication et Cybernétique de Nantes

Et oui, il y a donc autre chose que les « cours » à l’Ecole Centrale. Bien sûr il y a vos activités extra-scolaires sur lesquelles Boris reviendra toute à l’heure ; mais sur le campus il y a aussi de la recherche et des chercheurs. Car pour beaucoup d’entre nous, nous avons deux casquettes : « enseignant » et « chercheur ».
Pourquoi je dis nous ? Car j’ai soutenu ma thèse il y a maintenant presque un an et depuis cette rentrée scolaire 2008, j’ai été embauché par l’Ecole Centrale comme maître de conférences ; faisant ainsi parti de la grande famille des 250 enseignants qui vous ont formé.

Beaucoup parmi vous pense surement que ces chercheurs sont un peu décalés et qu’il faut être encore plus fou pour surenchérir avec 3 ans d’études après son diplôme d’ingénieur !
C’est vrai que BAC+8 peut paraitre beaucoup ; mais l’essentiel n’est-il pas de trouver un métier qui nous fasse vivre, et surtout qui nous plaise ? Nous allons travailler pendant plus de 40 ans de notre vie alors autant faire le bon choix. Les entreprises privées sont une solution mais la recherche scientifique en est une autre.

Avoir une idée ; la développer ; imaginer un « bidule » pour la matérialiser ; et parcourir le monde pour le montrer et semer des graines d’idées… la recherche scientifique est un vrai parcours de vie !
A ce titre, je souhaite excuser en leurs noms, tous les Docteurs de l’Ecole Centrale ne pouvant être présents cette après-midi. Beaucoup d’entre eux sont justement en train de sillonner les routes de France ou du monde pour diffuser leur savoir-faire. Qu’ils soient en post-doc, dans une autre école ou en entreprise.
Tout comme il y a 208 ans, si Galvani et Volta n’avais su dépasser ces montagnes géographiques et franchir les barrières idéologiques, peut-être que nous n’aurions jamais eu d’électricité !
Car la recherche scientifique ce n’est pas que de l’abstrait ! Certes, il y a des recherches fondamentales ; mais elles vont rythmer les recherches plus appliquées.

Pour ma part, j’ai réalisé une thèse dite fondamentale, grâce à une allocation du ministère de la recherche. Et pourtant, j’ai tenu à ce que mes travaux soient également appliqués.
Lors de ma soutenance, un des membres de mon jury m’a décrit comme le « resusciteur des machines anciennes ». Cette description peut faire sourire, mais elle traduit parfaitement l’idée principale de mes travaux.
De nos jours, lorsque l’on parle de Patrimoine, on pense aux châteaux, aux vieilles pierres… mais ce ne sont là que des choses matérielles. Alors qu’en est-il des machines et du savoir-faire que les hommes vont emporter avec eux lorsque les sites industriels sont arrêtées ? C’est un peu comme un puzzle dont les pièces s'usent et disparaissent au fur-et-à-mesure emportant toute la connaissance technique, « de l’humanité ». Alors si l’on ne veut pas réinventer la roue, ou la bielle-manivelle, mes travaux de recherche ont permis - non pas de tout sauvegarder – mais de trouver une méthodologie pour « sauver » ce patrimoine immatériel. C’est ce que l’on appelle désormais l’Archéologie Industrielle Avancée.

L’idée était simple. Aujourd’hui, pour créer nos objets industriels, les entreprises utilisent la Conception Assistée par Ordinateur, la numérisation 3D ou encore la Réalité Virtuelle ; nous aussi nous travaillons sur de l’industrie, mais de la vieille industrie. Alors pourquoi ne pas utiliser ces outils contemporains pour faire revivre des machines anciennes voir même des usines complètes qui ont été construites depuis la Révolution Industrielle ?
On peut même imaginer des Techno-Musées ; les musées de demain qui nous feront apprendre grâce à des machines virtuelles. Car comme le disait Malraux : «Un musée est une utopie, un lieu qui échappe à la mort ».

Bref, je pourrais vous parler de mes travaux pendant des heures car chaque chercheur est passionné par ce qu’il fait… Alors demain, si vous venez visiter l’Ecole à l’occasion de ses portes ouvertes, n’hésitez pas à questionner les chercheurs car c’est avec plaisir qu’ils partageront avec vous ce qu’ils font.
En conclusion, je souhaiterais donc simplement vous dire, que si un jour vous vous posez des questions dans votre entreprise, sachez que la recherche est là, et que la science a surement une réponse à votre problème…

jeudi 13 novembre 2008

1er prix concours de thèse Le Monde

Comme suite à ma soutenance de doctorat du 7 décembre 2007, j’ai postulé à de nombreux concours de thèse. Pour l’instant un seul à « mordu à l’hameçon » mais pas des moindres …

Le résultat a été publié dans le journal Le Monde en date du 9/11/08 que j’ai gagné le premier prix du :

« Prix Le Monde de la Recherche Universitaire 2008 » dans la catégorie « Sciences, Techniques et Médecine »

  • Il y avait 124 dossiers pré-sélectionnés.
  • 15 devaient être retenus mais seules 5 thèses arrivent en final et sont toutes classées « premières ».
  • Pas d’argent en jeu… mais un article d’une vingtaine de pages (actuellement format A4) qui a servi pour la première phase de sélection et qui va être publié avec les 4 autres gagnants dans un ouvrage spécial aux Presses Universitaires de France
  • La remise des prix aura lieu en même temps que le lancement du livre des PUF lors de la fête de la science l’année prochaine ; Le Monde fera alors une « opération médiatique » en octobre 2009

Mon objectif en concourant n’était pas de gagner mais de diffuser mes travaux quelque soit les moyens à mettre en œuvre. C’est en partie chose faite.

Alors un grand merci à ceux qui m’ont soutenu durant les 4 ans de ces travaux de thèse, qui m’ont permis d’ouvrir de nouvelles voies lorsque nos points de vues divergeaient ou qui ont réellement su croire dans ces idées un peu révolutionnaires que sont l’« Archéologie Industrielle Avancée » et la « techno-muséologie ».

Et surtout aux partenaires de mes nombreux projets (enseignants, étudiants, administratifs et industriels) comme l’IUT de Nantes, la société DCNS Indret, le Musée de Batz-sur-Mer, le Musée d’Orsay, la RMN…

Mon article argumentaire ayant retenu l’attention du jury du concours présidé par Pierre Léna est téléchargeable ici.

vendredi 31 octobre 2008

TICCIH bulletin - Un article sur l'AIA

L'Archéologie Industrielle Avancée fait son chemin petit à petit.
Cette nouvelle forme de discipline (qui à terme le deviendra, enfin je l'espère !) permet de renouveler les idées préconçues que l'on porte sur l'Histoire des Sciences ou l'Histoire des Techniques. Touchant ainsi à notre patrimoine industriel, il s'agit d'aller plus loin que l'Archéologie Industrielle ordinaire où seuls les murs des usines sont conservés, contemplés et reconvertis. C'est avant tout un savoir-faire qui était contenu à l'intérieur. Un savoir-faire que nous nous devons de capitaliser et de transmettre aux générations futures : c'est l'AIA, l'Archéologie Industrielle Avancée, qui utilise les outils du monde de l'ingénieur pour reconcevoir les objets du passé - une sorte de rétro-conception patrimoniale, de reverse-engineering contextualisé.

TICCIH (International Committee for the Conservation of the Industrial Heritage) a récemment publié un article sur mes travaux dans son bulletin semestriel (été 2008). Un grand merci à James Douet, l'éditeur en chef, qui m'a proposé de diffuser mes travaux à une échelle cette fois-ci... internationale... et dans le milieu des professionnels du patrimoine.


A lire ici...

vendredi 30 mai 2008

Propul's, le Journal de DCNS

Une page spéciale consacrée à la numérisation 3D d'une maquette d'un bateau vieux de 150 ans et reconçu...
Un projet réalisé uniquement par les étudiants avec l'appui du PHI, le Pole Historique d'Indret.

Vu dans le journal interne de DCNS Propulsion du mois d'avril 2008.

jeudi 27 mars 2008

Revue "Archéologie industrielle en France" n°51

Une publication réalisée pour la Revue "Archéologie Industrielle en France" n°51 de décembre 2007, éditée par le CILAC.
Au programme : l'étude de reverse-engineering de la machine à laver le sel de Batz-sur-Mer. L'article est téléchargeable ici.

jeudi 7 février 2008

Vous avez dit Docteur-Ingénieur ?

Et voilà, la nouvelle est tombée il y a peu... "Je suis Docteur !"
Le manuscrit de thèse + ses annexes est téléchargeable ici.
Pour tout commentaire, remarques ou suggestions : florent.laroche(a)orange.fr


Titre :
Contribution a la sauvegarde des objets techniques anciens par l'archéologie industrielle avancée
Sous-titre :
Proposition d'un Modèle d'information de référence muséologique et d'une Méthode inter-disciplinaire pour la Capitalisation des connaissances du Patrimoine technique et industriel
Résumé :
Pour optimiser sa création de valeur, l'entreprise adapte sans cesse son mode de fonctionnement et ses outils de production. Les machines considérées comme obsolètes car ne répondant plus à la demande sont arrêtées, remisées voire même démantelées. Ainsi, certains sites industriels disparaissent et les hommes, catalyseurs des savoir-faire, les emportent avec eux. L'absence de protection de ce patrimoine technique et industriel pose aujourd'hui question car cette culture technique s'avère parfois transposable à des domaines d'applications connexes. Sauvegarder, analyser et comprendre ces objets du Patrimoine Passé peut permettre de les transformer en Capital Présent et devenir source d'innovation pour anticiper notre futur et aider les industriels à créer les objets de demain. Quant à leurs conservations et leurs vulgarisations dans les musées et les sites, le vieillissement intrinsèque de l'information technique nécessite d'implémenter une nouvelle muséologie pour ce 3ème millénaire : la Techno-muséologie.
La méthodologie développée consiste à renverser l'axe des temps de la conception : c'est le Rétro processus de Conception Patrimoniale. L'Archéologie Industrielle Avancée permet la constitution du Dossier d'Oeuvre Patrimoniale Technique en capitalisant les connaissances du passé sous une forme numérique et en les repositionnant virtuellement en situation d'usage à des fins de muséographie et de valorisation. La complexité des objets induisant une multiplicité des compétences, le Processus Coopératif d'Ingénierie Patrimoniale requiert la collaboration de métiers qui, jusqu'alors, ne collaboraient pas ou peu. Dès lors, une nouvelle forme d'Equipe Inter disciplinaire émerge pour laquelle un référentiel commun permet de faire cohabiter les différentes sémantiques. Ainsi, le Système d’Information proposé encapsule cette taxonomie des Hommes en considérant également les acteurs du passé. Le modèle définit l'Objet technique à caractère patrimonial dans ses Aspects Internalistes et Externalistes. Le Digital Heritage Reference Model ou Dossier d’Oeuvre Patrimonial Numérique de Référence, DHRM, peut alors être considéré comme un nouvel outil de travail muséologique.
Dans ces travaux de recherche, de nombreux cas d'études sont analysés et conceptualisés pour construire les ontologies validant ainsi l'applicabilité du DHRM.
Mots clefs : Histoire des techniques / Patrimoine technique et industriel / Techno-muséologie / Muséographie / Génie Industriel / Capitalisation des connaissances / Numérisation 3D / Reverse-engineering / Ingénierie virtuelle / Processus de conception / Système d'information DHRM / Archéologie Industrielle Avancée

mercredi 6 février 2008

You said Doctor-Engineer ?

Recently I have been graduated... "I am Doctor !"
My document can be downloaded here.
For any comments, remarks or suggestions: florent.laroche(a)orange.fr


Title :
Contribution to the preservation of old technical objects thanks to advanced industrial archaeology.
Sub-title:
Proposition of a Reference information system for museology and an Inter-disciplinary method for Capitalizing knowledge stemming from the industrial and technical heritage.
Résumé :
For optimizing its added value creation, enterprise adjusts continuously its operating modes and its production tools. Machines considered obsoletes as soon as they don't meet the demand, are consequently stopped, stored and very often dismantled. Consequently, industrial sites disappear and the workers, creators of knowledge, are leaving the industrial world with their know-how. The lack of protection of this kind of industrial and technical heritage is under scrutiny today as this technical culture can sometimes be transposable to other similar but present application domains. Safe keeping, analyzing and understanding these objects belonging to a Past Heritage can convert them into a Present Capital; sometimes, they can even become an innovation source for preparing our future and assisting industrials to create the tomorrow objects. In addition, concerning their conservation and their popularization in museums and sites, the aging of technical information requires to implement a new kind of museology for this 3rd millennium : the Techno-museology.
The developed methodology consists in overturning the design time axis: it is the Reverse process of Heritage Design. Advanced Industrial Archaeology, allows the elaboration of the Technical Heritage File by capitalizing knowledge from the past into a digital media and a virtual simulating state for museography and valorization. As the objects complexity requires a multiplicity of competences, the Heritage Cooperative Engineering Process requires collaborations of experts who usually, do not collaborate. Therefore, a new kind of Inter disciplinary Team is appearing which needs a common base for allowing different semantics living together. Consequently, the Information System proposes to encapsulate this taxonomy of the Men, also taking into account the actors of the past. The model defines the Heritage Technical Object in its Internal and External Aspects. The Digital Heritage Reference Model, DHRM, can then be considered as a new tool for museology.
During these researches, numerous technical studies are analyzed and conceptualized so as to build the ontology's and consequently validate the applicability of DHRM.
Mots clefs : Technical history / Industrial and technical heritage / Techno-museology / Museography / Industrial Engineering / Knowledge capitalization / 3D digitalization / Reverse-engineering / Virtual engineering / Design process / Information system DHRM / Advanced Industrial Archaeology

vendredi 7 décembre 2007

Soutenance de thèse... 7/12/07

Et voilà, après 3 ans de "recherches"..., le manuscrit est écrit et la soutenance passée...
Pour récupérer le manuscrit en version informatique, voir ce post.

Le PDF de la soutenance est téléchargeable ici.
(Attention, taille de fichier = 130 Mo mais les vidéos sont incluses).



Il y a aussi eu un enregistrement audio (merci aux conservateurs du Musée de Batz-sur-Mer). Vous pouvez télécharger le fichier son intégral de ma soutenance ici.
Ou l'écouter en live...

Lire la suite...

dimanche 17 juin 2007

Ma première participation à un ouvrage collectif

Il est sorti ce vendredi 15 juin 2007, le premier bouquin auquel j'ai participé.
Bon, c'est pas forcément une grande contribution car je n'ai pas écrit mais j'ai étudié de nombreux anciens ouvrages (Revue du Génie Civil...) pour illustrer cette édition spéciale sur la comparaison entre l'oeuvre fantastique de Jules Verne et la science.
Pas cher : 8 € (et je ne touche rien !).
Commander sur alapage.com

ISBN 978-2-901811-34-3